Monthly Archives: July 2016

Ring my bell? Please, do!

There is an old trend that seems to flourish lately and it says that one can only ring its own bell. Chris Thompson, a YouTuber, is one of the best-spoken advocates for gay rights I have ever listened to: clear, straight to the point, genuine, asking the right questions, righteous but not sanctimonious. Yet some gay people seem to have a problem with him defending their rights, going to gay prides, campaigning for equality: he’s not gay.

He basically doesn’t belong to the community as such so their argument is that he’s taking the speech time and the space of someone who is truly gay, who can speak first-hand about the realities of what it means to be gay and actually bring water to the mill instead of a half-glass of lukewarm water. Chris Thompson is straight so he should shut it and let the gays speak for themselves.

Firstly, he says it himself, his advocating and expressing himself doesn’t shush the others into darkness. He’s not taking anyone’s space. It’s 2016 and the age of virtual reality with infinite space to share, not 1850 with a couple of newspapers columns to fight for. If anyone has anything to say, say it. Open a YouTube channel, it’s free, a blog on WordPress or anything and just say what you want to say but don’t blame others for taking your space when you don’t even create it.

Secondly, we need him. We need straight people to also speak for us because they know exactly what to do to convince them: be themselves – tolerant and happy. Having straight people to defend us doesn’t make us any weaker, or more dependent on them. The truth is that we are a minority so we do, somehow, depend on them. As of today, we depend on the people from the majority to also speak for us because there is safety and results in numbers. To call for the community to be the only one to be allowed to speak and defend itself is not going to get us anywhere.

Minorities and everyone who suffer discrimination in any form cannot afford to curl up in an armoured and restricted community that will be the only voice out there. We need people who, because of their gender, sexuality, skin colour, religious beliefs belong unwillingly to what is considered as the dominant group because they will be the first ones to be taken seriously by the said group and they will be role-models their peers will follow.

The first reaction we have in the face of someone else getting what we have is a feeling of self-defence so it’s dangerous to force the precept that we should only fight for our own privilege. It creates division and infighting when so much can be done by their free electrons to unite us under a common goal and make others understand that the fight for equality doesn’t deprive them of anything.

All these men – like me – who everyday explain to other men that women’s rights are not a personal threat to every living male. All these straight people I met at the gay pride who show the world everyday that gay rights are not a personal attack of straight people’s freedom. All these white people who campaign against racism. All these people who campaign for animal rights because they have no voice. History moves forward and our societies improve because people see beyond their own privilege, why stop them?

Where would the women of France be without the man who used his position of power to weather the storms of his sexist peers as he managed to convince them that contraception had nothing to with men but everything to do with women’s freedom to have control over their own body?

In South Africa, it took a white man to stop the Apartheid. Why? Because white people had the power but it doesn’t make Nelson Mandela and his life work irrelevant. De Klerk was a selfless force for good who saw beyond his own privilege and that’s what Mandela needed, what every black person in South Africa needed. People like him is what we all need.

Don’t let anyone restrict you to your own parish. You needn’t be a woman to fight for women’s rights, you needn’t be gay to fight for gay rights, you needn’t be fat to fight against body-shaming, you needn’t be discriminated to fight against discrimination.

If you want to help ring the bells of someone who, you know, is being ignored or discriminated, do it. If, for whatever reasons, the society has put you in a position of power and you want to use it to help others, do it.

Use your position to do good, we need all the help we can get.

I am proud to be

…a feminist.
…my mother’s son.
…gay.
…a Xabi Alonso and Raul Albiol fanboy.
…left-wing.
…passionate.
…ranting because I care.
…a member of Amnesty In.ternational , UN Women and The British Humanist Association.
…European.
…a citizen of the world.
…an atheist.
…in control of my own destiny.
…a linguist.
…bilingual through hard work.
…a teacher.
…an historian.
…sarcastic, wry and witty.
…a writer.
…a nerd.
…a cake lover.
…a milk addict.
…strong-minded.
…opinionated yet open-minded.
…knowledgeable and curious.
…well-informed and interested.
…patient with my friends.
…scathing with my enemies.
…not the kind of twee person who thinks swearing is a lack of education.
…not the kind of abuser who think insults are good argument.
…not to follow trends for the sake of it.
…able to fight without physical violence.
…able to know when determination becomes stubbornness.
…able to understand when a fight is not worth fighting.
…able to say that I am worried.
…able to admit that I am not just flawed.
…able to learn from my mistakes.
…able to acknowledge that I am anxious.
…in process of finding whence my anxiety springs.
…working to take on my own advice.
…working on accepting myself and my qualities.
…working on admitting that I can be wrong.
…working to be more positive.
…working to understand that feelings are not weakness.
…working to express out loud that I don’t know everything.
…willing to always learn and know more.
…learning to stop thriving for another version of me.

I am proud to be me.

Extrême-droite: La laisser parler ou la faire taire?

Publié le 29 janvier 2016

Nous discutions de ce qu’il faut faire avec les gens et les partis politiques d’extrême-droite. Faut-il les laisser parler ou les faire taire ?

La première solution met en danger l’intégrité de catégories entières de population et peut amener à des incitations flagrantes à toutes sortes de haine raciale. La République est « une et indivisible », le discours de l’extrême-droite est clairement antirépublicain et pro-communautariste avant même et de par toutes considérations racistes et xénophobes. C’est donc un danger. Ses mots sont un danger.

Mais le bâillonnement est une atteinte à l’un des principes fondamentaux de la démocratie qui est la liberté d’expression et je pense qu’on a le droit de tout dire. C’est un droit qu’on ne peut pas nous enlever même si la question se pose et doit être débattue « des limites ». Et « la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres » n’est aujourd’hui qu’un poncif éculé qui n’arrange rien.

Je pense que la question n’est pas « blanc ou noir », « tout ou rien » comme nous l’avons fait depuis 20 ans quand il s’agit de l’extrême-droite.

Pour ma génération née dans les années 1980, le FN était quelque chose dont on entendait beaucoup parler quand on était petits puis qui a disparu pendant plus de 10 ans. On en parlait simplement comme une bande de vieux réactionnaires, racistes, violents fidèles à un parti criminel, fondé par un criminel négationniste et qui lisait Hitler comme les Américains lisent la Bible.

Le parti s’était divisé et il était facile pour les médias de l’ignorer, ça rendait la tâche plus facile. Questionner le FN est un exercice difficile et nous verrons pourquoi alors que questionner les Socialistes et la droite sont tous ces noms a toujours été simple : les mêmes questions, les mêmes « pièges », la même langue de bois et basta.

Les seuls pour qui le FN était une préoccupation constante étaient mes amis noirs, arabes, musulmans ou/et d’origine étrangère pour qui le racisme quotidien rappelait la présence d’un véritable parti, une organisation « démocratique » qui représente et encourage les maux dont ils souffrent.

Puis arrive 2002 et la présidentielle où on se rend compte que beaucoup de « jeunes », jusqu’à des Juifs, ont voté FN parce que, fatigués, lassés, déçus par les mêmes histoires de la droite et la gauche, ils n’avaient qu’entre-entendu, aperçu le FN et ses promesses de mieux pour « eux » fondées sur le rejet et la privation pour l’ « autre ».

Soudain, les gens qui votaient FN n’étaient pas que des gens racistes qui manquaient d’éducation et/ou d’ouverture mais des gens qui n’avaient entendu que la propagande à la « Robin des Bois ». La presse n’avait pas fait son travail d’investigation, de questionnement, on a déclaré. Les journaux, les chaines de télé n’avaient analysé la politique FN de phrases assassines, d’amalgames et des raccourcis populistes. On n’a pas écouté ces gens, on les a éloignés en s’imaginant que si on ne les regardait pas, ils finiraient bien par disparaitre.

La même chose est entrain d’arriver aux USA en ce moment même avec Trump.

Donc depuis 2002, on fait l’inverse. Face à eux qui se disaient – et se disent – persécutés pour leurs intolérances, on a pris peur et on les a laissés parler. C’est devenu le mantra mais aussi le centre d’un débat : faut-il ou non les laisser parler ? Ces racistes, ces xénophobes, ces intolérants, ces chrétiens fondamentalistes, ces anti-touts…

La réponse est oui et non. Il ne faut pas les laisser parler parce que laisser parler quelqu’un c’est le laisser définir les termes du débat, ce que fait le Front National depuis le début de la présidence de Sarkozy. Il ne faut pas « laisser parler le Front National », il faut le faire parler. Il ne faut pas simplement laisser dire ce qu’ils veulent mais rebondir dessus, les pousser plus loin dans leur pensée pour y trouver les failles qui apparaissent généralement très vite.

Les sorties de Marine Le Pen sur sa soi-disante « persécution par les média » quand on la questionne trop montre l’efficacité de cette méthode mais encore trop souvent, je vois les journalistes, les responsables, les éducateurs s’arrêter là en se disant que les gens verront bien d’eux-mêmes ce que ça prouve. Prouve quoi ? Verront quoi ? Et quand ? Quand elle aura été cinq ans au pouvoir ?

C’est le travail de journaliste que de définir les termes du débat quand ils questionnent et pas simplement de se contenter de répéter ce que les invités disent ou d’attendre que quelqu’un d’autre le fasse. Ce sont les écoles de journalisme qu’il faut réformer ainsi que les organes de presse pour qu’ils poussent les politiciens dans leur retranchement et pas simplement avec des questions sensationnalistes à  la « Il est vrai que vous êtes en désaccord avec votre Premier Ministre ? ».

La solution, c’est le travail sérieux de journalistes qui, en 2002 ont mis Jean-Marie Le Pen devant son programme d’expulsion des étrangers et l’impossibilité de la mise en œuvre d’une telle mesure. Il en est sorti qu’il comptait alors mettre les étrangers récalcitrants dans des camps de triage pour les renvoyer chez eux dans des trains fermés. La France qui avait voté pour lui a soudain vu clairement l’ombre de Vichy et du IIIe Reich.

C’est aussi le travail d’un Guillaume Meurice qu’il faut faire. Un travail drôle et sarcastique où il va vers ces gens de tous les jours qui clament fièrement leur soutien au FN, et expose en quelques questions directes, calmes et posées la simplicité affligeante d’une pensée qu’ils n’ont jamais véritablement formulée et qui n’est qu’un amalgame mal fini de déclarations à l’emporte-pièce, de chiffres inventés, de rumeurs, d’ « informations » sur « Fassebouque » et de citations à moitié lues.

Mais la presse n’est pas la seule. Christiane Taubira a raison quand elle dit que c’est aussi 30 ans d’échec de l’éducation à gauche comme à droite si les gens se désintéressent parce que c’est aussi et d’abord le travail de l’éducation nationale d’apprendre aux gens à s’intéresser au débat en leur apprenant comment débattre. Quand j’étais au collège et lycée, seuls les cours de philo en Terminales permettaient le débat et pour quelques mois seulement quand on a 17/18 ans. Les cours d’éducation civique étaient d’interminables heures d’explication sur le fonctionnement du parlement. Tant d’heures gâchées qui auraient permis un apprentissage sur la discussion, la différence d’opinion, l’expression orale, la patience d’écouter et de réfléchir sur la société.

Des décennies d’apathie qui ont créé une société qui considère que trois phrases complexes les unes derrière les autres est un monologue barbant. Alors bien sûr que ceux qui manient les déclarations choquantes font la une et convainquent des électeurs qui trouvent que tout est « chiant ».

La France n’est pas raciste mais le racisme se banalise car on continue à refuser de le questionner en profondeur alors que les failles de la haine et de l’ignorance sont tellement faciles à exposer. Mais on les laisse dominer le débat. On donne une tribune libre aux voix intolérantes en se disant que les gens sauront faire la différence tout en précisant bien que l’extrême-droite travaille dur pour adoucir son image donc que les gens ne savent plus forcément voir ce qu’il y a derrière. Mais qui travaille pour véritablement prendre le temps d’extraire ce qu’il y a derrière ?

On continue aussi à refuser de considérer ses sources : pourquoi les ouvriers et étudiants qui étaient sur les barricades en 1968 demandant un monde plus juste, plus ouvert, plus libre sont aujourd’hui les porteurs de l’Etat sécuritaire et des partis antirépublicains ? Il faut regarder ça et pas seulement en faisant d’innombrables radiotrottoirs et en paraphrasant ce qu’ils disent. Ce n’est pas du journalisme d’investigation, ni de la recherche, ni une base pour des solutions. Tout comme les livres d’Eric Zemmour ne sont pas une étude de la France mais du sensationnalisme qui donne aux gens déjà convaincus ce qu’ils veulent entendre et renforce leurs certitudes qu’ils ne sont donc pas seuls.

 

L’extrême-droite, il ne faut pas la laisser parler mais la faire parler, la mettre dos au mur, face à ses incohérences, ses contradictions, ses amalgames et ne pas reculer devant la fureur prétendue du chef de bande de cour de récré qui, prit en flagrant délit, hausse la voix, se fait menaçant et s’érige en victime d’un système. Il ne s’agit pas que de lui donner un temps de parole mais de s’arroger un temps de réponse et de questions qui gênent. Autant de fois que nécessaire.

Ses électeurs, il faut les faire parler, les questionner pour qu’eux-mêmes soient forcés de véritablement penser à ce qu’ils croient. La politique moderne est comme la religion : beaucoup répètent les exégèses et suivent les prophètes auto-proclamés sans vraiment savoir et c’est en questionnant les fondements de la croyance qu’on peut vraiment agir et contrer.

Nous avons bien réussi avec la religion et sa place jadis incontestée et implacable dans la société. Il faut maintenant pousser les racistes et ceux qui ne le sont pas mais votent néanmoins pour eux à se regarder et à se poser les mêmes questions sur leurs visions du monde, de la France, de la société.

English and French

As some have seen, I have written a blog in French a couple of weeks ago. I usually never write in my native language for I reflect about the world in English but I do sometimes think about stuff in French.

So I opened a French blog months ago but I rarely post and it’s difficult to juggle between three blogs so I’ll delete the French one and will repatriate the articles in this one with the original date of publication.

Do whatever but don’t force us to care.

In France, the Gay Pride is called “Marche des fiertés” – the Walk of the prides – which prompts someone on Twitter to say that in France, one is allowed to be proud of anything, except being heterosexual. The person is a proud member of the main right-wing party, of course, and belongs to a world chorus whining endlessly about their newly-born victimhood: we forbid their pride.

The fact is: you can be proud of anything you want, no one is stopping you but you can’t blame the rest of the world for not giving a pig’s bottom at you flaunting your privileges in the face of people who are still struggling everyday to be considered as normal citizens. At best! Homosexuality is still punishable by prison, torture and death in the world.

That’s what Pride Month is about and the marches that come with it: raising awareness and show that we are united and ever-ready to peacefully fight, along with millions of straight people, to be all equals.

So you are welcome to get your arse off your chair, to come and to join us. Even with a sign reading “I am proud to be straight” – if your commitment to your pride goes beyond the cheap 140-character Twitter rant, which I highly doubt. I mean, a pride is months of preparation, hours of setting-up, standing and waiting before you can eventually march.

But as I said no one is stopping you.